Quel éclairage choisir pour votre vélo ?

Avant de vous aventurer sur les routes et les chemins, votre vélo doit être équipé d’un éclairage. Celui-ci nécessite obligatoirement deux feux ; un à l’avant et l’autre à l’arrière.
Celui situé à l’arrière sert à prévenir les usagers de votre présence lorsqu’il sont derrière vous et tout comme sur les voitures, il est de couleur rouge. Il est désormais légal de l’utiliser en mode clignotant qui se remarque mieux dans le trafic.
À l’avant, le feu est de couleur blanche ou jaune. De même, il a pour objectif de prévenir les autres usagers qui arrivent face à vous, mais vous permet aussi d’éclairer votre route.

Comment se mesure la puissance d’une lumière ?

Il est nécessaire de bien comprendre la technologie qui se cache derrière les éclairages afin d’être en mesure de choisir celui qui vous conviendra.
Tout d’abord, il faut distinguer lux et lumen. Le lumen (lm) exprime la quantité totale de lumière émise par la source, dans toutes les directions, il s‘agit donc de la portée de la lumière. Plus il y a de lumens, plus vous verrez loin sur votre chemin. Tandis que le lux (lx) est la quantité de lumière sur une zone donnée seulement, généralement sur 1 m2. La puissance d’un feu de vélo est alors exprimée en lumens car ce qui importe est la portée de la lumière. En effet, un cycliste souhaite voir suffisamment loin devant lui.

Schéma Lumen

Schéma lux

À chaque pratique son type d’éclairage

Comme tout équipement vélo, les lumières doivent être adaptées à votre type de pratique.

Vélo de villeFeux rouges Lezyne

Si vous vous déplacez principalement en ville où les routes sont majoritairement éclairées, votre priorité n’est pas de bien voir votre chemin mais d’assurer votre visibilité et donc votre sécurité auprès des autres usagers. Pour cela, vous n’avez pas besoin d’investir dans un feu avant très puissant, n’excédez pas les 300 lumens. Par exemple, un set de feux avant et arrière Lezyne Zecto Drive est parfait pour un usage urbain.

Vélo de routeFeu de vélo BBB

Peu importe où vous roulez, il est nécessaire de s’équiper de feux de sécurité. Si vous êtes un adepte du vélo de route, vous savez qu’elles ne sont pas toujours éclairées. En plus de feux de sécurité, vous aurez besoin d’une lumière assez puissante pour avoir une bonne visibilité. Nous vous conseillons d’orienter votre choix vers des lampes de 300 lumens minimum. Optez par exemple pour un éclairage avant tel que le Strike 760 lumens BLS-74, qui émet un faisceau assez puissant.
Toutefois, afin d’éviter d’éblouir les autres usagers, il est recommandé d’opter pour les éclairages répondant à la norme allemande StVZO. Cette homologation est une référence, elle vous garantit un éclairage minimal de 10 lux et un faisceau clairement défini, de jour comme de nuit.

VTTFeu de vélo thor

Si vous aimez les sorties nocturnes et pédaler dans des conditions difficiles et sombres, vous devez alors choisir un éclairage beaucoup plus puissant que pour la ville.
Une puissance de 500 lumens minimum est nécessaire.
Votre champ de vision doit être optimal et le système lumineux doit également assurer un parfait éclairage périphérique. Actuellement, le Thor de chez Spanninga assure, avec ses 1100 lumens, le parfait compromis qualité/prix. Avec ses 2 LEDs CREE, le BBB Scope 1500 offre quant à lui un large et puissant faisceau très sécurisant.
Un petit éclairage d’appoint peut être utile, fixé sur le casque, il permet aussi d’éclairer là où vous regardez en pilotant, lors des pauses ou en cas de réparation.

Les différents modes d’éclairage et d’alimentation

Éclairage fixe ou clignotant ?

Le mode clignotant sert à faire remarquer sa présence sur la route car un signal qui clignote attire le regard. Il s’agit donc d’un éclairage de sécurité, à placer à l’arrière du vélo uniquement. En effet seuls les éclairages fixes sont autorisés à l’avant du vélo. Il est aussi plus avantageux d’opter pour un éclairage clignotant car il est doté d’une plus grande autonomie qu’un feu qui éclaire en continu.

Piles, batterie ou dynamo ?

Vous avez le choix entre deux types d’alimentation, et votre choix va dépendre de votre fréquence d’utilisation de votre vélo. Les feux à piles ont une autonomie assez limitée, ils sont donc un bon compromis lorsque l’on roule peu. Préférez des piles au lithium, qui sont plus puissantes que les piles alcalines, et si vous êtes soucieux pour l’environnement vous pouvez utiliser des piles rechargeables.

Pour des cyclistes qui roulent beaucoup plus régulièrement ou quotidiennement, rien de mieux que des éclairages rechargeables par batterie. Ces batteries se rechargent très facilement puisque cela se fait le plus souvent par USB. Aujourd’hui la plupart affichent leur niveau de capacité pour avertir le cycliste qu’il faut la recharger.

Une troisième possibilité s’offre à vous : un éclairage alimenté par une dynamo. Il ne fonctionne ni avec des piles ni avec une batterie, mais avec la force exercée par le cycliste lorsqu’il pédale. L’électricité délivrée étant liée au mouvement du vélo, pour que l’éclairage ne cesse pas lorsque l’on s’arrête, à un feu ou un croisement par exemple, il est nécessaire d’installer un condensateur ou une batterie tampon. Cela convient donc davantage à un usage urbain, une pratique de loisir ou la randonnée au long cours.

Les fixations

Amovibles ou fixes ?

Nous vous conseillons de choisir des fixations amovibles si vous possédez plusieurs vélos, ainsi vous pourrez enlever et remettre votre feu facilement. Et si vous stationnez souvent votre vélo en ville, il est primordial d’opter pour une fixation amovible pour pouvoir l’emmener avec vous, afin de ne pas vous le faire voler. Si vous ne roulez pas régulièrement, un éclairage fixe vous conviendra.

Où fixer son éclairage ?

Vous avez ensuite la possibilité de fixer votre feu de vélo à de multiples endroits.
À l’avant, vous pouvez le fixer sur votre guidon, ou sur votre panier si vous en avez un. Si vous optez pour un feu dynamo, positionnez-le sur la fourche et si elle ne le permet pas, sachez qu’il existe des supports et attaches spécifiques.
À l’arrière, il est possible de le positionner sur les étriers de frein, sur la tige de selle, sur les haubans ou enfin sur le porte-bagage ou le garde-boue si vous en êtes équipé. Sachez aussi qu’il existe des lampes à fixer sur votre casque ou sur vos vêtements.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer