Comment bien freiner à vélo/VTT ?

À vélo comme à VTT, le freinage ne doit pas être une affaire d’improvisation ! Les descentes peuvent être plus ou moins longues et plus ou moins techniques, mais elles requièrent un même niveau de vigilance, constant, une concentration de tous les instants du pratiquant, quel que soit son niveau par ailleurs.
Au terme de sorties de plusieurs heures, le cycliste/vététiste en bout de course peut trouver ses réflexes émoussés par la fatigue, et il pourra plus facilement partir à la faute. C’est pourquoi il est bon de rappeler quelques bonnes pratiques élémentaires pour bien freiner à vélo, à VTT, et éviter les erreurs grossières qui valent souvent la chute.
C’est une question de sécurité mais aussi de performance, car savoir quand et comment freiner permet de descendre plus vite !

Freiner à vélo : comprendre les fondamentaux

Pourquoi distinguer le frein avant du frein arrière ?

Les idées reçues sur le freinage à vélo font que certains se méfient du frein avant, d’après une expérience malheureuse souvent vécue dans l’enfance, celle du « soleil », quand on passe par-dessus le guidon pour avoir freiner trop fort de l’avant. Il faut comprendre que les chances de bloquer la roue avant sont plus grandes pour un enfant, du fait de son poids léger.
Tant pour les cyclistes que pour les vététistes, à l’âge adulte, l’idée à retenir est que le frein avant est plus puissant que le frein arrière. Pour être efficace, le freinage à vélo doit donc être en grande partie assuré par le frein avant. Les éducateurs évoquent souvent une répartition de 70% pour le frein avant et de 30% pour le frein arrière, des proportions comparables à ce qui est préconisé à moto.
Durant le freinage, un phénomène de transfert de masse vers l’avant est observé, qui explique que la roue et le pneu avant puissent mieux supporter la force du freinage que le pneu arrière. Celui-ci, en partie délesté du poids du cycliste et de sa machine, déplacé vers l’avant, peut perdre plus facilement l’adhérence, car la roue arrière a plus de chance de se bloquer. Au contraire, le pneu avant étant davantage « chargé », le risque de blocage/décrochage est beaucoup plus faible.

Bien se positionner pour bien freiner

Sur les gros freinages et sur les pistes VTT les plus pentues, on observe souvent les meilleurs pilotes et cyclistes se redresser sur les pédales et repousser les fesses vers l’arrière, sur la selle ou carrément derrière la selle à VTT. L’idée est d’abaisser au maximum son centre de gravité et d’apporter plus de poids sur l’arrière, de manière à éviter tout dérapage.

Déraper pour freiner ?

La question du dérapage, contrôlé ou pas, à VTT, n’apparaît pas comme une technique de freinage à préconiser, sauf cas particulier. Tout dérapage correspond à une perte d’adhérence du pneu. Il conduit le plus souvent à la chute s’il survient à l’avant. S’il peut être mieux contrôlé à l’arrière, le dérapage reste un freinage risqué, pas véritablement maîtrisé.
Même s’il existe surtout une part de ludique dans tout dérapage arrière, il peut être une technique valable pour gagner du temps dans les virages à 180°, car il permet d’orienter efficacement le VTT dans le sens de la relance.

Doser le freinage pour préserver son physique et son matériel

Dans les descentes longues sur la route, et sur les pistes VTT très raides, on préconise d’user du freinage avec doigté, de ne pas rester crispé sur les leviers de frein. Il en va des bonnes performances de vos freins, qui peuvent surchauffer et moins bien répondre, jusqu’au risque de casse. Alterner les phases de freinage pour contrôler sa vitesse avec les moments de relâchement permet aussi d’éviter de trop tétaniser au niveau des bras.

Garder toujours un doigt sur le levier de frein

Surtout à VTT, on encourage les pilotes à conserver un seul doigt sur chaque levier de frein, pour répondre le plus rapidement possible en cas d’urgence.

Freiner en évitant les pièges

Certaines règles élémentaires sont à retenir pour éviter les pièges, les déconvenues, la chute.
Sur la route, le sol mouillé est le premier des dangers du cycliste, qui doit prendre ses précautions en anticipant au mieux en amont des virages, en prenant le temps de décélérer, pour ne pas avoir à toucher au levier de frein au milieu du virage, quand le vélo est incliné.
En VTT aussi, l’anticipation avant le virage est primordiale ! Pour virer vite il est important de bien inscrire sa trajectoire dans la courbe. En plein virage, il faut bannir les freinages trop appuyés et surtout ne pas toucher au frein avant.

Bien freiner sur un vélo route

Sur la route, le freinage sert le plus souvent à contrôler sa vitesse, sauf cas d’urgence.
Dans les longues descentes, on conseille ainsi d’user des leviers de frein avec économie, en se limitant à contrôler régulièrement sa vitesse avec les deux freins. On peut réserver l’utilisation du frein avant pour décélérer plus franchement, avant un virage technique. On peut aussi éviter de mettre de gros coups de frein au beau milieu d’un virage. Il vaut mieux anticiper avant la courbe !
En toutes circonstances, le cycliste doit garder à l’esprit que son frein avant est plus puissant que son frein arrière, et que sur un gros freinage, avant un virage en épingle à cheveux par exemple, il vaut mieux utiliser le frein avant que le frein arrière.
Dans certaines circonstances, sous la pluie ou sur des portions Gravel, on conseille d’éviter les gros freinages de l’avant, et on privilégie l’utilisation du frein arrière, surtout en cas d’urgence. De toute façon, sur route mouillée ou sur une piste de Gravel, il vaut mieux éviter de freiner en virage, quand le vélo est incliné, car le risque de chute est accru.

Comment bien freiner à VTT ?

À VTT encore plus que sur la route, le freinage est une affaire technique qui peut faire de grosses différences entre les pilotes, sur des sessions chronométrées. Freiner au bon moment est essentiel à VTT, pour éviter les risques et soigner au mieux ses trajectoires en virage.
On retrouve sur les VTT ce que l’on a détaillé pour les vélos route, à savoir que le frein avant est plus efficace que le frein arrière pour contrôler sa vitesse. Sur des pentes ultra raides, on conseille toutefois de faire l’effort de positionner son corps sur l’arrière pour éviter de bloquer systématiquement la roue et pour ne pas risquer de passer par-dessus le guidon si on touche trop fermement au frein avant.
Le freinage à VTT est affaire d’anticipation : privilégiez les phases de freinage en amorce de virage, pour mieux vous concentrer sur votre trajectoire. Surtout, évitez de toucher les freins à quelques moments critiques : au milieu d’un virage, pendant un saut ou sur des obstacles (racines, ornières, passage pierreux).
On répète que les dérapages sont le plus souvent à proscrire, tant pour garder de la vitesse que pour épargner la gomme de vos pneus. Seuls les virages hyper serrés à 180° peuvent justifier un dérapage contrôlé, pour vous permettre de vous retrouver plus vite dans le sens de la marche.
Enfin, pour des questions évidentes de sécurité, on conseille aux pratiquants, notamment débutants, de garder toujours un doigt sur son levier de frein, pour pouvoir réagir au plus vite en cas d’urgence !

Tous nos guides et tutoriels